Abbaye Saint-Chaffre du Monastier

Quinze siècles d'histoire

Accueil
Un peu d'histoire
La visite
Et en plus

La genèse
L'extérieur
Les Amis de l'Abbaye

L'expansion
L'intérieur
Les bénédictins

La renaissance
Le trésor
La chapelle Senecterre

Les grands abbés

Pour s'y rendre

La chapelle "Senecterre"

Etudiée par Martin de Framond, directeur des Archives de la Haute Loire, elle serait, selon Françoise de la Conterie une "Chapelle des âmes". Cahiers de la Haute Loire 1994.
Mentionnée tardivement (1344), les fêtes d'âmes sont certainement beaucoup plus anciennes et ont peut être inspiré Odilon de Mercoeur quand il a institué la commémoration des défunts le 2 novembre en 998. Il existe une chapelle "Notre Dame de pitié" dite "des âmes" à Craponne.
"Le (caisson) n°9 contient un aigle, emblème de Jean l'Evangéliste, qui tient dans ses serres un cartouche représentant la main du Très Haut sortant de la nue-qu'on ne voit pas- désignant de l'index la date fatidique de 1547, celle de la mort de François 1er"
Pour F. de la Conterie, le symbolisme est transparent et il ne s'agit pas d'une chapelle mortuaire, même si elle a bien servit de sépulture. D'ailleurs, M. de Framond signale l'habillement guerrier ou festif des personnages, peu en rapport avec une chapelle funéraire.

Même si les preuves manquent de la construction de la chapelle par la famille des Senecterre, celle-ci porte bien son nom car une bonne partie des personnages sont manifestement des "Senecterre" et le sol de la chapelle présente en son centre les armes de la famille: "d'azur à cinq fusées d'or mises en fasce" mais sans couleurs et, semble-t-il, d'une facture plus récente. On sait en outre que plusieurs membres de la famille sont inhumés à cet endroit dont Antoine abbé de Calmel puis évêque du Puy. Un enfeu dont les armes ont été bûchées a certainement abrité un personnage important (crosse et mitre sont encore visibles).

S'appuyant sur les travaux préalables de Yves Soulingeas et Patrick Ponsot, Martin de Framond a réalisé une étude aussi approfondie que possible de la décoration de la chapelle en recherchant les noms ou tout au moins les appartenances familiales des personnages représentés. Il reste néanmoins beaucoup de mystères.
La voute comporte 21 caissons (3x7). A part la salamandre située à côté de la plaque marquée 1547, il ne semble pas qu'un ordre règne. On trouve mélangés des blasons, des portraits (souvent de couples), des emblèmes. le caisson qui représente une tour et un agneau, d'abord rapproché du hameau de Freycenet la tour, puis des "La tour-d'Auvergne" serait plutôt  un rébus du château de "la tour-Daniel".

Outre les armes des Senecterre, on trouve les armes des Rochebaron "échiqueté d'argent et d'azur à la bande de gueule", ainsi que celles de la famille d'Albon de Saint-André "de sable, à la croix d'or, au lambel au chef d'argent brochant sur le tout". Certains blasons en 2 parties sont ceux d'une femme mariée.

D'autres familles sont représentées, n'ayant qu'un rapport lointain avec l'abbaye, sinon qu'il s'agit de riches personnes. Celà amène à se poser la question du pourquoi de cette galerie de portraits unique en France. Le désordre apparent et le grand nombre de familles concernées pourrait faire penser à des donations, chaque donateur ou donatrice ayant sa part de la voute!


Retour haut de page