Abbaye Saint-Chaffre du Monastier

Quinze siècles d'histoire

Accueil
Un peu d'histoire
La visite
Et en plus

La genèse
L'extérieur
Les Amis de l'Abbaye

L'expansion
L'intérieur
Les bénédictins

La renaissance
Le trésor
La chapelle Senecterre

Les grands abbés

Pour s'y rendre

Les grands abbés

Calmin (vers 480) ou Calminius

Fondateur du monastère vers 480 selon le Cartulaire. On sait qu'il a existé un certain Calmilius, contemporain et ami de Sidoine Apollinaire, évêque de Clermont au è siècle. Aristocrate gallo-romain fondateur  de Mozac (en Auvergne près de Riom) et de Laguenne (en Limousin, près de Tulle). Selon des travaux récents (C. Laurenson-Rosaz et B. Saniel, CERCOR 2009), Il n'y a pas de Calmin à l'origine de Saint-Chaffre. Par contre, des auteurs ultérieurs ont pu utiliser la similitude des noms pour inventer un créateur. "...il n'y a en effet  pas si loin de Calmelius (Calmel) à Calminius (Calmin)."

Théofrède (vers 625)

Considéré comme le premier abbé du monastère de Calmel aux environs de 620/630. D'origine troyenne d'une famille paienne. Sa mort violente est à l'origine d'une légende qui a fait foi jusqu'au années 1960. C'est le chanoine Auguste Fayard qui rétabli à cette époque une vérité vraisemblable. Par son rôle de martyre, il est à l'origine du développement du monastère.

Eudes (vers 660)

Second abbé connu après Théofrède, vers 655. Présenté comme l'oncle de Théofrède dans la légende, il n'a en réalité aucun lien de parenté. Il sera peut être évêque du Puy en 675. Il ne peut être confondu comme celà a été le cas (volontairement?) avec Eudes de Lérins, contemporain de l'abbé Maxime futur évêque de Riez au Vè siècle.

Drutan (vers 817)

C'est vraisemblablement sous son autorité qu'aura lieu la première restauration du monastère lancée par Louis le Pieux et Benoit d'Aniane (dans l'Hérault). Ami de Claude, chapelain du roi Louis, il sera nommé après la restitution au roi du monastère par le comte Béranger.

Gauthier ou Galtéree (vers845-866)

C'est sous son abbatiat que l'abbaye obtient de Pépin II d'Aquitaine le privilège, ce qui suppose immunité, pouvoir de justice et bénéfice de l'impôt levé sur ses terres. L'abbaye est libérée une fois de plus de l'emprise des évêques, mais pas pour longtemps.

Rostaing (vers 866-906)

Sous son abbatiat, l'évêque du Puy Guidon ou Gui 1er obtient par ruse de Charles le Chauve un précepte lui donnat autorité sur Calmel. Rostaing se battra jusqu'en 877, date à laquelle le Roi reconnaitra qu'il s'est fait abuser: "Dans ce précepte, non seulement l'évêque manipulateur est confondu, mais aussi tous les privilèges antérieurs sont reconnus, confortés, l'immunité bien sûr, mais aussi la liberté pour le monastère d'élire son abbé alors qu'un accent tout particulier est mis sur la nécessité pour les moines d'une bonne observance de la règle de Saint Benoît." (Gérard Roche)

Odilon de Mercoeur (994-1048)

5 ème abbé de Cluny, Odilon de Mercuèr n'a jamais été moine de Saint Chaffre mais il a été très influent. C'est en effet un enfant du pays. Né à Saint Cirgue, il fonde en 1025 le prieuré de Lavoûte-Chilhac. Il est à l'origine en 998, de la commémoration des défunts le 2 novembre, devenue la Toussaint. Son neveu sera abbé de Saint-Chaffre en 1036 sous le nom de Guillaume II.

Gotescalc ou Godechaud (920-927)

Abbé de Calmel vers 920 puis évêque du Puy en 927, Godechaud fait appel à des moines d'Aurillac pour réformer l'abbaye en déshérence. "A l'instar de ses prédécesseurs, le nouvel évêque considère l'abbaye comme un bénéfice royal attéché à l'episcopatus. Pour lui cependant, la maîtrise de l'abbatia n'est pas prétexte à spolier les moines." (C. Lauranson-Rosaz).
Non content de redonner vigueur à Calmel, Godechaud  fonde Chanteuge en 936 , puis Saint Michel Aiguilhe. Il sera aussi le premier pélerin à Compostelle. Il recherchera tous les appuis possible pour obtenir l'indépendance et la sécurité du monastère.

Dalmace (937-954) (Dalmas de Beaumont)

Appelé par Godechaud, alors évêque d'Anis (le Puy) pour réformer Calmel. Il était déjà renommé  pour avoir tenté de réformer Saint Gilles près d'Arles. C'est sous son abbatiat que Calmel sont faites deux importantes donations: Chamalières et Sainte Enimie

Vulfade (954-982)

Constructeur d'une première "grande église", il sera à partir de 1975 évêque de Die. Cette grande église dédiée à Saint Martin remplace une autre dédiée à Saint Pierre et située un peu plus haut vers le nord. Mais, comme dit le cartulaire: "En effet, parce qu'il avait été fondé sur le sable, comme fait l'insensé, et non sur le roc comme fait le sage, ce superbe édifice ne dura pas cent ans".

Guigues 1er (985-998)

C'est sous son abbatiat que fut construit à l'initiative de Guy d'Anjou évêque du Puy le prieuré de Saint Pierre du Puy le 13 août 993.

Guillaume III

Lance la reconstruction de l'église abbatiale après l'effondrement de celle de Vulfade. Voulant la déplacer, il sollicite l'avis del'abbé de Cluny Hugues de Semur qui lui répond qu'on ne peur déplacer les sépultures des saints. Cluny participera financièrement à la reconstruction.

Guillaume IV

Il continue la construction, et fait réaliser le cartulaire. C'est aussi lui qui commande le buste reliquaire de Saint-Chaffre aujourd'hui pièce maîtresse du trésor.

Vital Herailh (1437-1493)

Issu d'une illustre famille du Languedoc, il reconstruit le choeur et la nef après un effondrement dû, dit-on, à un tremblement de terre. Une peinture sur bois le représente agenouillé devant Jésus descendu de la croix.

François d'Estaing(1493-1504)

Il termine la reconstruction et fait construire le terre-plein et l'escalier devant la façade. Il aurait offert un jubé (Odeum) aujourd'hui disparu. Il offre enfin une série de tableaux dont il ne reste que deux.

Gaspard de Tournon(1504-vers1520)

Il effectue des réparations dans les deux premières travées et offre l'orgue.

Charles 1er de Senecterre(1520-1558)

La famille Senecterre (Saint Nectaire) dominera l'abbaye pendant 150 ans. C'est , selon d'anciennes sources, Charles 1er qui fait construire une chapelle décorée de nombreux portraits énigmatiques qui a intéressé de nombreux chercheurs (élevée en réalité par un Rochebaron selon M. de Framont). Il fit aussi reconstruire le château après un incendie. Il était le neveu de Jacques de Senecterre, abbé de la Chaise-Dieu.

Antoine de Senecterre (1558-1593)

Il succède à son oncle Charles et devient évêque du Puy en 1561 tout en conservant Saint-Chaffre.

Charles II de Senecterre (1625-1645)

Henry de Senecterre (1645-1677)

Accusé d'avoir spolié l'abbaye. On lui attribue aussi la destruction du cloître pour construire une écurie. Il est mort dans des conditions indignes après avoir fait la fête une fois de trop.