Abbaye Saint-Chaffre du Monastier

Quinze siècles d'histoire

Accueil
Un peu d'histoire
La visite
Et en plus

La genèse
L'extérieur
Les Amis de l'Abbaye

L'expansion
L'intérieur
Les bénédictins

La renaissance
Le trésor
La chapelle Senecterre

Les grands abbés

Pour s'y rendre

Le Trésor

Actuellement conservé dans la sacristie, il se compose de nombreuses pièces dont certaines constituaient déjà le trésor de l’ancienne abbaye de Guillaume III et ont traversé miraculeusement les siècles pour parvenir jusqu’à nous presque intactes.

enfeuLe tombeau en enfeu en albâtre avec gisant date du XIIIème ou XIVème siècle. Les avis sont partagés sur l’identité du personnage représenté revêtu de ses ornements ecclésiastiques. La niche est remarquable par ses sculptures finement travaillées (pilastres, feuilles de choux). Un lion accompagne le défunt pour son dernier voyage. style="width: 542px; text-align: justify;"> Les fragments de tissus orientaux ou byzantins proviennent du reliquaire de Saint-Chaffre. Ils servaient à envelopper et protéger les précieuses reliques. La pietà de Vital Erailh, tableau en bois peint (fin XVème) représente le Christ sur les genoux de Marie, Saint-Jean, les Saintes Femmes, deux personnages richement vêtus et, peut-être, l’abbé Vital Erailh lui-même à genoux les mains jointes.


piéta de Vital hérail

chaffreLe buste reliquaire de saint Chaffre (XIème siècle) en bois recouvert de feuilles d’argent et d’or travaillées au repoussoir et orné de cabochons de verre a été récemment présenté au musée du Louvre à Paris. Les deux tableaux sur bois, de part et d’autre du tombeau, proviennent d’une commande de l’abbé François d’Estaing.

vierge noireDes vingt-huit tableaux réalisés à l’époque et relatant la vie et le martyre de saint Théofrède, deux sont parvenus jusqu’à nous. Les autres ont disparu à la Révolution. Ces deux tableaux représentent, pour l’un la transmission des pouvoirs par saint Eudes à saint Théofrède, pour l’autre le martyre de saint Théofrède. Deux autres tableaux sur bois représentent l’un saint Roch, l’autre le martyre de saint Sébastien.



pieta pierreLe trésor renferme également d’autres pièces fort intéressantes : une Vierge à l’enfant en bois polychrome (XVIIIème), une pietà en pierre polychrome (fin XVème) et un ecce homo de style italianisant, ainsi qu'un magnifique christ en croix du XIVè siècle. Dans les vitrines, des objets de culte en cuivre repoussé et vermeil ainsi que des reliquaires très originaux. Une collection rare de chasubles richement ornées est entreposée dans un chasublier à éventails (fin XVIIIème) mais non accessible au public. Les conditions de conservation de ces vêtements ecclésiastiques sont malheureusement précaires.






Retour haut de page