Abbaye Saint-Chaffre du Monastier

Quinze siècles d'histoire

Accueil
Un peu d'histoire
La visite
Et en plus

La genèse
L'extérieur
Les Amis de l'Abbaye

L'expansion
L'intérieur
Les bénédictins

La renaissance
Le trésor
La chapelle Senecterre

Les grands abbés

Pour s'y rendre

Visite de l'extérieur

abbatialeDe l’ancienne abbaye Saint-Chaffre-Le-Monastier subsistent aujourd’hui
l’église abbatiale maintes fois restaurée, remarquable cependant
en premier lieu par sa façade romane aux décors polychromes et figuratifs, ainsi que les bâtiments conventuels au nord et le château abbatial plus à l’est. La salle du trésor conserve, également, le buste reliquaire de Saint-Chaffre du XI-XIIème siècle.


La façade occidentale

Il s’agit d’une façade-écran, comme celle de Notre-Dame du Puy, datée
du XIème siècle, qui n’a subi que peu de modifications par rapport à
son état initial, excepté un exhaussement et un alignement sur les murs
pignons.

rosaceschouetteIci, tout n’est que couleur et rondeur : de larges baies sur trois niveaux séparées par de solides contreforts, un portail avec voussures profondes et archivoltes, des mosaïques polychromes, des colonnes finement torsadées et, en abondance, des fi gures zoomorphes, anthropomorphes ou végétales. L’influence byzantine apparaît nettement.
Des sculptures à fort relief nous narguent et nous provoquent, on les voit sur l’archivolte de la grande baie, sur la corniche, sur les contreforts et les modillons : griffons, dragons, lions ou simples pèlerins, êtres terrifiants ou placides sans oublier le “chiaïre” (malheureusement très abîmé).

psychostasie De part et d’autre de l’entrée, deux chapiteaux représenteraient à gauche saint Benoît avec ses moines, à droite le christ et ses apôtres. Sur le contrefort de gauche est reproduite la scène de la pesée des âmes lors du jugement dernier, encore nommée psychostasie. La présence toute proche aux environs du Monastier de roches volcaniques nombreuses et variées a permis de constituer sur la façade ces magnifiques assemblages polychromes et ces mosaïques à base de tufs soudés et d’arkose.
personnage retournéL’église étant construite sur un terrain en forte pente, il fallut remblayer vers l’ouest. Malgré cela, le sol de l’édifice reste incliné d’est en ouest. Pourtant, le choeur se trouve encore en deçà de plus d’un mètre de la rue qui contourne le chevet.


Façade méridionale


façade sudSur l'actuelle "place de l'Abbaye" se trouvait le cimetière mérovingien, puis l'église Saint Fortunat fût construite au Xè siècle. L'absence de symétrie donne à cette façade un charme certain. Une porte surmontée d’un linteau en bâtière donne accès à l’intérieur de l’église abbatiale. On distingue huit chapiteaux sur cette façade. Sur les deux chapiteaux de la porte d’entrée sont sculptés des entrelacs et souples-tiges. Au dessus de la porte est figurée une sirène bifide, figure assez courante dans le bestiaire roman local. Plus loin sur un chapiteau malheureusement peu visible: de la bouche grande ouverte de deux personnages sortent des bouquets végétaux.
La façade sud montre bien le réhaussement défensif créé au XIVè siècle.

petit chieireMais cette façade réserve encore des surprises pour qui sait regarder. Essayez donc de trouver ce petit personnage, réplique du "chaïre". Il s'agit de toute évidence d'un clin d'oeil d'un artiste qui a participé à une campagne de restauration.


Le chevet extérieur

chevetVers 1495, suite à un tremblement de terre à l’origine d’importantes destructions de l’édifice, Vital Erailh s’attaque à l’immense chantier de restauration, qui sera poursuivi par son successeur François d’Estaing, et terminé par Gaspard de Tournon. Le chevet et la voûte centrale seront reconstruits ou consolidés. Le roman fait place au gothique. Les croisées d’ogives succèdent à la voûte en berceau cloisonnée d’arcs-doubleaux. A l’extérieur du chevet des arcs-boutants soutiennent l’édifice. Curieusement, ils sont posés sur les chapelles et non ancrés au sol, ce qui donne un curieux aspect à l'ensemble.


Retour haut de page