Abbaye Saint-Chaffre du Monastier

Quinze siècles d'histoire

Accueil
Un peu d'histoire
La visite
Et en plus

La genèse
L'extérieur
Les Amis de l'Abbaye

L'expansion
L'intérieur
Les bénédictins

La renaissance
Le trésor
La chapelle Senecterre

Les grands abbés

Pour s'y rendre

Visite de l'intérieur

plan abbatialeLe plan initial de l’édifice roman semble avoir été respecté. On peut remarquer la nef centrale composée de quatre travées, le choeur du XVème siècle, le déambulatoire et les cinq chapelles rayonnantes dont une dite “chapelle Senecterre” du XVIème siècle avec voûte à caissons richement ornementée .
La voûte principale de la nef initialement en berceau a été reconstruite avec un voûtement en croisée d’ogive. Les deux transepts conservent leur voûtement originel. Les décorations sculptées sont nombreuses (plus d’une centaine) , ce sont des originaux pour la plupart: sirènes, griffons, monstres, végétaux. Leur emplacement les uns par rapport aux autres n’est pas le fait du hasard. L’interprétation de ces images sculptées reste cependant délicate. Nous nous risquerons à ne commenter que les plus évidentes. Les deux chapiteaux de l’arc triomphal qui se font face représentent le tétramorphe, (les quatre évangélistes : Marc, Luc, Mathieu et Jean sont chacun symboliquement représentés par le lion, le taureau ou boeuf, l’homme ou l’ange et l’aigle).

Plan dessiné par B. Galland

boeufsOn remarque sur les six piliers avoisinant le transept de magnifiques consoles. Sur l’une d’entre elles : deux boeufs impressionnants de puissance. Plus loin ce sont des atlantes. Après, un magnifique culot représentant deux animaux musiciens dont un fait du tambour sur la tête d'un homme qui tire la langue. A partir du déambulatoire, on accède aux chapelles rayonnantes. La chaire installée contre un des piliers à gauche de la nef date de 1857.


chapelle senecterreLa chapelle dite "Senecterre" vaut la peine de s'y intéresser car elle n'a pas d'équivalent en Haute Loire. C'est, semble-t-il, Charles 1er de Senecterre qui la fait construire, vraisemblablement pour servir de sépulture à sa famille. Nous sommes à l'époque de François 1er dont on voit l'emblème (la salamandre) dans un des caissons ainsi que la date de sa mort (1547) dans un autre. Cette date pourrait aussi être celle de la construction de la chapelle. Les personnages appartiennent à des familles illustres du Velay et du Forez: Senecterre, Rochebaron et Albon-Saint André. Un relief sur le mur Est est caché par un retable en bois du XVIIè ou XVIIIè siècle qui présentait les reliques des saints honorés.





orgueL'orgue Historique:
Restauré dans les années 1980, une inscription dédicatoire mise à jour à cette occasion a permis de dater sa construction en 1518. Si l’instrument lui-même (sommier, tuyaux) a été reconstruit à partir d’éléments anciens, le buffet est d’origine. Il est richement décoré. Au sommet sont visibles les armes de l’abbé Gaspard de Tournon (1504-1520). L’autre cartel (cartouche ornemental) représente saint Chaffre. Une inscription en latin : “post obitum benefacta manent aeternaque virtus” signifie : “après leur mort, leurs bienfaits et leurs vertus demeurent éternellement”. A noter également l’existence d’un jubé supprimé au XIXème siècle. Il coupait la grande nef entre les travées 2 et 3.



sarcophageL'intérieur de l'église présente encore de nombreuses richesses pour qui prend le temps de regarder. Notamment à gauche de l'entrée un sarcophage daté du XIIIè siècle (?) finement scupté, même sur sa face inférieure et reposant sur des piliers de type babylonien.On y voit la rencontre du soleil et de la lune qui signalerait l'arrivée du jugement dernier.

On reconnait la crosse d'un abbé et des armes non identifiées.


Retour haut de page